NOUS

Saumon portrait

Ceci n’est pas un magazine sur la pêche. Non, Saumon est un journal sur Paris et sa culture, à rebours des tendances et des effets de mode qui se répètent à l’envi dans la caisse de résonance médiatique. Marre de devoir supporter la communication bien léchée d’anciens financiers et publicitaires qui lancent leur nouveau bar ? Chaque semaine, Saumon met en lumière un vieux troquet de quartier. Fatigué de faire du lèche-vitrine dans une ville luxueuse et au-dessus de vos moyens ? Saumon veut parler à ceux qui sont obligés de louer leur appart sur Airbnb pour finir leurs mois, ceux qui adorent leur ville alors qu’elle semble vouloir les expulser, ceux qui ne veulent pas toujours tester le dernier resto à concept mais savoir où trouver un bon sandwich. Ras-le-bol de lire des articles minuscules qui ne racontent rien de plus que leur titre aguicheur ? Saumon ose le pavé, bien gras et épais.

A contre-courant, c’est aussi ne pas suivre un agenda, parler de ce dont on veut quand on veut. C’est ne pas céder aux diktats de l’actualité et des marronniers qui rythment l’année. C’est penser par soi-même, contre les idées reçues, le sens commun et l’emballement émotionnel qui empoisonnent l’analyse. Nous voulons prendre du recul, dénicher de nouveaux territoires à explorer, conserver jalousement notre indépendance.

Le journaliste ressemble finalement beaucoup au saumon, puisqu’il remonte toujours à la source pour faire son travail. Et notre source, c’est Paris : sortir dans la rue, même rive gauche, goûter de nouveaux plats, même avec du gluten, défendre des artistes, même avec de l’autotune, rencontrer des hommes et des femmes, même s’ils ont échoué. Attention hein, ça ne nous empêchera pas de faire un petit titre putassier de temps en temps, mais ce sera pour la bonne cause. Car nous voulons défendre une certaine idée de Paris, celle d’une ville foisonnante, humaniste et solidaire.

Saumon, c’est aussi un navire qui s’appelle « les copains d’abord », une histoire d’amitié poursuivie au-delà des open space, des licenciements économiques et des pokes Facebook. Anciens responsables éditoriaux pour le magazine Time Out Paris, Emmanuel Chirache, Elsa Pereira et Zazie Tavitian ont décidé qu’ils étaient trop doués ensemble pour ne pas continuer à travailler de concert. Et comme la PMA fait des miracles, vous êtes en train de lire leur bébé.

Bonne lecture !